Editorial

La revue qui vous dit tout sur les coopératives d’habitation…

Edito

Chères lectrices, chers lecteurs,

nous vivons une époque formidable. Une époque de folles avancées technologiques, une époque de formidables découvertes dans l’infiniment petit et l’infiniment grand, une époque d’improbables métamorphoses, qui voit des scientifiques se muer en activistes pour le climat. Mais nous vivons en même temps une époque de troublantes régressions, d’effarantes crispations et de désolants conflits armés, qui semblent gagner en ampleur de pair avec le dérèglement climatique et notre incapacité crasse à y remédier collectivement.

Alors, que faire? Il serait sans doute bon d’agir enfin pour le bien commun et de réorienter sans tarder les flux financiers du secteur des énergies fossiles vers celui des énergies renouvelables1. Un changement de paradigme, quoi. «Parce que nous avons désespérément besoin d’un changement radical pour éviter le pire des crises climatique et écologique, nous voulons que notre activisme soit efficace sur les points de levier majeurs: les règles, les structures, les objectifs et les paradigmes de conception des systèmes qui nous entourent», écrit Julia Steinberger2, professeur ordinaire en écologie sociale et Economie écologique à l’Université de Lausanne. Elle parle bien des vertus de l’activisme…

Eh oui… nous vivons une époque formidable, où des scientifiques luttent contre la cécité sociale et politique par un activisme engagé et clairvoyant; une époque formidable où d’autres, en désespoir de cause, bloquent des ponts et des routes pour tenter de débloquer des subventions massives pour l’urgentissime rénovation des bâtiments3.

Et puis il y a aussi celles et ceux qui agissent et qui oeuvrent à la mise en place d’une stratégie zéro émissions GES dans le domaine de la construction. Une stratégie qui implique à la fois la baisse drastique des émissions et la mise en place conjointe d’une économie circulaire.

Dans ce numéro d’«habitation», nous avons le plaisir de vous présenter des réalisations exemplaires en la matière en Suisse romande et alémanique. Avec notamment un projet expérimental de reconversion temporaire à Genève (page 19), un hôpital transformé en habitat coopératif à Bâle (page 14) ou encore ce projet de reconversion d’un entrepôt de Chocolat Tobler en logements coopératifs sur une friche industrielle en pleine mutation à Berne (page 29). Un projet d’autant plus emblématique pour le monde du logement d’utilité publique que l’association régionale BE-SO, membre de la fédération coopératives d’habitation Suisse, s’est fortement engagée en prenant les devants pour coordonner le projet entre les MOUP intéressés et la ville de Berne… Et bien lui en a pris, car les 6 coopératives d’habitation qui ont participé au projet ont fini par obtenir 100% du terrain mis en droit de superficie, contre les 50% initialement prévus – une première pour les coopératives et la ville de Berne.

Très bonne lecture, et à bientôt, pour suivre les actualités sur www.habitation.ch

Patrick Clémençon

1 Selon le FMI, nous avons subventionné l’industrie des combustibles fossiles à hauteur de 5000 milliards de dollars à l’échelle de la planète en 2019.
2 https: //bonpote.com/actions-individuelles-et-pressionsociale-comment-changer-le-monde/
3 https: //renovate-switzerland.ch