Editorial

La revue qui vous dit tout sur les coopératives d’habitation…

Edito

Chères lectrices, chers lecteurs,

Ce numéro d’Habitation tente de répondre à deux questions importantes: pourquoi faut-il plus que jamais construire des logements d’utilité publique à loyers abordables et pourquoi faut-il rénover les immeubles en misant sur le photovoltaïque intégré aux bâtiments? La première mérite toute notre attention à l’heure où de plus en plus de ménages consacrent une part démesurée de leurs revenus pour payer des loyers surfaits. La deuxième mérite toute notre curiosité à l’heure où les besoins de rénovation du parc immobilier suisse sont tellement démesurés, et le rythme de rénovation tellement lent, que sans un changement de paradigme dans les stratégies de rénovation, il serait impossible d’atteindre les objectifs fixés par la Confédération dans sa Stratégie énergétique 2050.

La question des loyers abordables d’abord. L’ARMOUP a choisi d’y répondre en invitant au débat lors de sa 3e Journée romande des collectivités pour le logement d’utilité publique, qui aura lieu le 13 septembre à Yverdon-les-Bains. Programme, avant-goût et contextualisation de la thématique de l’événement dans les pages qui suivent.

La question de la rénovation active ensuite. La photo de couverture peut paraître banale et pourtant, derrière cette proposition de façade rénovée se cache de la très haute technologie photovoltaïque intégrée au bâtiment. Sa singularité réside notamment dans son invisibilité, ou plutôt dans son indifférenciation esthétique d’avec des matériaux de constructions traditionnels – et donc par son potentiel accru d’intégration architecturale neutre. C’est là un des aspects d’un nouveau paradigme de rénovation dite active, encore peu connu, mais appelé à se développer et vraisemblablement à se généraliser très rapidement (p. 29). Car les technologies et les produits sont là, dûment certifiés, et une vaste étude pilotée par l’EPFL a permis d’élaborer des scénarios de rénovation très détaillés qui prouvent qu’une stratégie de rénovation active est technologiquement souhaitable et économiquement rentable… et que se contenter d’une mise aux normes énergétiques serait une erreur (p. 24).

Très bonne lecture, et à bientôt, pour suivre les actualités sur www.habitation.ch

Patrick Clémençon